Liberte Oleron Critique Essay

Publiée le 02/04/2012

La comédie destinée à tous ceux qui, un jour, ont connu l'expérience du voilier. La flotte dans la gueule, l'orteil tapant dans la barre ou encore la tronche écarlate à cause de la réverbération sur l'eau, tels sont les petits emmerdements joliment stigmatisés dans "Liberté Oléron". Caustique, provoc, ce dernier se révèle aussi surprenant dans son final. Denis Podalydès mène la danse avec maestria, chacune de ses prises de parole est hilarogène. Guilaine Londez remplit elle-aussi à merveille son rôle de nunuche, son personnage est de loin le plus touchant et le plus humain. Si "Liberté Oléron" peut se voir reprocher, avec raison, sa vulgarité gratuite, elle n'est pas pour me déplaire. Un excellent film donc.

Partagez :FBfacebookTWTweetG+Google

Fluctuat.net

(...) c'est sans scrupule que nous qualifierons le second long-métrage de Bruno Podalydès de révolutionnaire. Loin de tout spectaculaire, faisant foin du l'illusoire modernité, ce film pourtant innove. Avec modestie, il renouvelle une toute petite chose, un truc minuscule, en l'occurrence le comique de répétition, pour, insidieusement, le hisser au rang de la tragédie.

La critique complète est disponible sur le site Fluctuat.net

Aden

Comédie drôlissime, faite de petits riens, de légers décalages d'humeur et de langage entre enfants et parents, mais aussi entre adultes, Liberté­Oléron laisse percevoir la gravité des êtres qui cachent leurs blessures, leurs colères et leur tristesse.

La critique complète est disponible sur le site Aden

Le Figaro Magazine

Liberté-Oléron est un film de vacances. Ironique, brusque et touchant. Il réinvente les névroses et la paresse des nuits d'été. Il raconte l'horreur et la bonté des adultes. Il murmure le refus des enfants. L'air de rien, en passant, comme un séjour au bord de l'amer.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro Magazine

Le Parisien

Simplicité, fraîcheur et rigolade. Bruno Podalydès signe un excellent film qui nous met, à deux encablures des vacances, les pieds dans l'eau et du sable dans le maillot. Son frère Denis Podalydès, s'il n'est pas un capitaine ad hoc, est en revanche l'homme de la situation pour nous aider à mettre les voiles.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Inrockuptibles

Solaire et libre, drolatique et inquiétant, Liberté-Oléron est un film mineur réussi (...)

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Express

Voir la critique sur www.lexpress.fr

La critique complète est disponible sur le site L'Express

Libération

Après un premier long-métrage fantaisiste et sentimental, Dieu seul me voit, la team Podalydès (...) revient avec une comédie moins immédiatement séduisante, qui commence de façon un peu tiède pour s'achever en véritable douche glacée.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Studio Magazine

Voir la critique sur www.studiomag.com

Synopsis

(... ) tour à tour léger et poignant, tendre et incisif. Une tragi-comédie de plage.

La critique complète est disponible sur le site Synopsis

TéléCinéObs

Il n'est pas que joli de dire que les frères Podalydès se mouillent : en travaillant ainsi aux frontières de la comédie, ils se livrent à un exercice funanbulesque dont ils sortent indemnes. Et nous secoués mais ravis.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

Télérama

(...) Bruno Podalydès navigue entre les registres, du burlesque classique au grinçant, du comique familial au rire jaune, de la notation affectueuse à l'humour vitriolé.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Urbuz

En travaillant sur les mots et les choses, le film atterrit logiquement en plein territoire burlesque. Un burlesque simple et efficace, mécanique et, naturellement, violent.

La critique complète est disponible sur le site Urbuz

Chronic'art.com

D'où vient que le projet de Podalydès n'est réussi qu'à moitié ? Sans doute de la difficulté à doser harmonieusement la ligne de la comédie légère sur fond de réalisme psychologique, et celle du drame où bascule le sort des personnages.

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

Ciné Live

Voir la critique sur www.cinelive.fr

La critique complète est disponible sur le site Ciné Live

Le Figaro

par Marie-Noëlle Tranchant

Voir la critique sur www.lefigaro.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Figaroscope

Le film est comme le temps en pleine mer : commencé sur le mode léger, il file sur le cocasse et le dérisoire, et vire au noir en plein large (...). On s'amuse gentiment mais on oublie vite. Comme les vacances.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaroscope

Le Point

Voir la critique sur www.lepoint.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Point

Les Echos

Un petit film plutôt sympa, truffé de bonnes idées, de notations justes, mais qui, faute de bon maniement de la bôme, peut-être, menace d'échouer sur le sable de la laborieuse caricature. On peut, tout de même, lui souhaiter bon vent !

La critique complète est disponible sur le site Les Echos

L'Humanité

Gentiment loufoque avec un vrai sens de la durée et du détail juste, le deuxième film du cinéaste reste en deçà du premier, Dieu seul me voit, car Podalydès s'empêtre dans un scénario un peu trop classique pour lui.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Cahiers du Cinéma

La médiocrité de ce milieu petit-bourgeois n'appelle que la commisération amusée du spectateur. On rit mal dans ces dernières scènes et cela tient moins à l'ambiguïté d'un genre (la comédie noire) qu'à celle, plus insidieuse, d'un type de charge humoristique qui ne dénonce les travers de ces caractères que pour les absoudre, au final, dans le fataslisme d'un ridicule généralisé.

La critique complète est disponible sur le site Cahiers du Cinéma

Le Monde

Elle (la comédie) repose sur un argument plaisant, quoique loin d'être bouleversant (...) et sur un pari qui s'avère intenable : installer au centre du récit un non-personnage (...). L'excellent Bruno Podalydès ne peut rien pour donner existence à cet antipathique ectoplasme qu'il est censé incarner (...)

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Le Nouvel Observateur

Pas de chance, on ne rit ni souvent ni beaucoup tout au long de « Liberté-Oléron », les frères Podalydès (...), ont raté leur coup. Question de distance, sans doute, celle qu'ils ont ou qu'ils n'ont pas avec leurs personnages (...)

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Première

Faut qu'on leur dise aux frangins Poda sans quoi leur prochain film nous racontera en 2h30 la cuisson d'une ratatouille provençale : trop de détails et le dérisoire fait long feu.

La critique complète est disponible sur le site Première

0 Replies to “Liberte Oleron Critique Essay”

Lascia un Commento

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *